ENTRE LES LIGNES

Ali Akay, curator
2004

500kg de sel, pigment rouge – 500 puces électroniques, vidéo.

Unir les matériaux organiques et les pigments ne nous donne-t-il pas un sentiment d’agréable et de bizarre en même temps ? Qu’est que c’est que cette attraction qui voyage entre les différents types de matériaux ? Qu’est ce qui reste entre les choses ? Les cristaux de sel, les pigments rouges ou le son vidéo projeté sur ces matériaux ? Et la différence entre visuel et sonore ? Cette visualité si riche de sens ne nous montre-t-elle pas l’hétérogénéité de la vie ?

De plus, si nous nous penchons vers l’histoire de l’art, nous constatons la relation étroite de l’œuvre d’Agnès Pezeu avec les écrits de Worringer dans « L’art du Nord ». Ne dit-il pas que l’organique est plutôt cristallin et qu’il est possible de voir un cristal expressif plus qu’organique. C’est que l’organique devient ici un lieu d’expressivité d’où découle une image projetée sur les cristaux de sel qui ne fait qu’actualiser les virtualités à bifaces, actuels et virtuels, présents et passés et même futur. Ni dedans, ni dehors mais entre deux. Ce que Worringer appelle « la ligne gothique » et que Deleuze et Guattari appellent « la ligne nomade » qui déterritorialise le cristal organique en ligne expressive.

ENTRE / ARADA – 26.04.2003 – Musée d’Art contemporain LV4- Istanbul

2018-03-27T11:20:51+00:00